Refuge dans les Basses-Pyrénées

Document du mois

Chaque mois, nous vous présentons un document sur un aspect méconnu de la guerre 14-18 dans les Pyrénées-Atlantiques.

Les documents proposés se déclinent autour de 3 thèmes:

  • de janvier à avril : le front
  • de mai à août : l'arrière pendant la guerre
  • de septembre à décembre : les particularités des Pyrénées-Atlantiques pendant la guerre
Extrait du fichier des réfugiés (10 R 5)

Le départ des réfugiés

Les temps de guerre sont propices aux déplacements de population. Quand les soldats quittent leur région natale pour rejoindre le front, des hommes, mais surtout des femmes et des enfants fuient la guerre et l’arrivée du front et des soldats. Belges, habitants du Nord-Pas-de-Calais ou des régions de l’Est, et même Parisiens, ce sont plusieurs milliers de personnes qui trouvent refuge dans les Basses-Pyrénées.

Leur voyage n’est pas de tout repos. À l’émotion de devoir quitter son foyer, sans savoir quand et dans quel état on pourra le retrouver, s’ajoutent la frayeur d’une destination inconnue et des conditions matérielles parfois déplorables.

L'accueil

Les réfugiés sont accueillis chez les habitants qui en ont fait la demande. La rétribution financière pour le logement de ces derniers, et la main d’œuvre qu’ils représentent dans une région en manque de bras ont pu faire douter des bonnes intentions de certains hôtes. Les maires s’organisent également pour permettre aux enfants d’aller à l’école, même loin de chez eux.

Les réfugiés offrent aux personnes restées loin du front des anecdotes précises sur la réalité de la guerre, et participent ainsi des rumeurs sur les atrocités commises par les Allemands.

Bouton Haut de page